Le Figaro :
« Être végétarien devient une forme de distinction sociale”

Entretien avec Paul Sugy paru dans le numéro du jeudi 24 octobre 2019

LE FIGARO. – Comment définir le fait d’être végétarien, qui est une pratique très ancienne?

Valérie CHANSIGAUD. – Comme une forme d’abstinence. En étudiant les origines de cette pratique, je me suis rendu compte qu’elle a toujours représenté, pour ses adeptes, une forme d’épanouissement personnel qui exige une privation volontaire, éventuellement mue par une dimension spirituelle, mais pas toujours. Les mouvements anarchistes de la fin du XIXe siècle, souvent végétariens, s’abstenaient volontiers de boire de l’alcool: ils estimaient que l’alcool faisait perdre leur liberté aux individus et, comme le végétarisme, jugeaient que la privation était source de liberté. Dans de nombreuses traditions religieuses, par ailleurs, y compris chez les juifs et les chrétiens, on a mis en avant la privation de viande: l’abstinence est valorisée par toutes les religions du monde.

Pour lire la suite de cet entretien, consultez le site internet du Figaro